« Prisonnier d’un courant d’air »